La vacuité, d’un monde à l’autre

Toute passion mène à la mort, même la passion du christ. Si ce n’est le passionné qui meurt, c’est la passion qui meurt ou qui s’effrite et s’effiloche au fil du temps, jusqu’à disparaitre… Comme le sphinx renaissant de ses cendres et le christ ressuscitant le troisième jour, une nouvelle vie est possible.

Jésus était passionné par la parole du père, en tant qu’initié et messager, il souhaitait à tout prix diffuser la parole, il en est mort… il s’est fait crucifier par sa propre passion et par la passion de son père, sa passion de diffuser la parole, la vérité, le chemin et la vie l’a tué ; sa passion de sauver les affligés et guérir les malades l’a tué ; sa passion d’ouvrir le chemin et de montrer la voie l’a tué ; mais le père l’a sauvé et lui a donné une seconde vie.

Il nous enseigne par la voie de son chemin à ne pas répéter les même erreurs que lui… Ne pas faire de la parole, du chemin, de la vérité et de la vie une passion mais un tremplin de création et d’existence, pour soi et pour le vivant.

Son enseignement n’est pas tout simple à entendre, à comprendre, à intégrer et surtout à incarner, mais il est pour celui qui le reçoit une lanterne éclairante pour la vie, qui sera aussi présente pour trouver le chemin du retour… Derrière la mort, le vide et la vie.

C’est son message principal et essentiel, pour tous les pèlerins de la terre, au delà des religions, au delà des croyances, au delà des couleurs de peau, au delà des cultures et des langues, au delà des concepts et des illusions, au delà des personnages, au delà des dogmes et de la politique, au delà des classes sociales et des histoires de vie. C’est un message simple et universel que son père à voulu transmettre par le chemin de son fils : Derrière la mort, le vide et la vie.

Il nous faut parfois durant notre parcours terrestre traverser la mort et ses méandres pour accueillir le vide afin de rejoindre la vie. Si cela vous est déjà arrivé, alors c’est un cadeau du ciel, car la deuxième mort, la mort physique, ne vous fera pas mal, ni peur. Vous la reconnaitrez, vous saurez que c’est elle et vous vous souviendrez alors de cette phrase « Derrière la mort, le vide et la vie » alors vous n’aurez pas peur, et vous pourrez passer de l’autre côté en paix.

La passion peut se transcender et se transformer en une nouvelle vie, en nouvelle forme tangible. Après l’épreuve de la mort, il y a le vide qui permet de nouveau la vie. Il y a toujours deux morts, je dirais même qu’il existe une multitude de morts comme il existe une multitude de vies et de formes, d’espaces vivants. Le lien, le pont entre la mort et la vie, permet le renouvellement éternel. A chaque fois qu’une passion meurt, une nouvelle vie est possible, après la mort existe la renaissance.

Entre la mort et la renaissance, se place l’accueil de la souffrance, puis des leçons de vie. Ensuite vient l’heure sacrée, celle de l’accueil du vide, du rien, du néant, ce moment divin appelé par les sages l’état de vacuité, où toute forme d’existence disparait, où nous ne sommes rien, où toutes formes, toutes choses et toutes personnes ne représentent rien, cela est et fait partie du tout qui est vide.

Il n’existe plus aucun attachement aux choses, aux évènements, à ce qui nous entoure et aux personnes. Nous sommes vide et le tout est vide, même si les choses prennent toujours une forme tangible, même si l’énergie y circule toujours, même si les âmes sont toujours présentes et les corps toujours vivants, le tout est rien et vide.

Nous répondons à l’appel de l’âme en vérité afin de pouvoir entendre le véritable message du coeur, le sens de l’existence qui regroupe le tout en un, formant un vase sacré vide, vide de sens, afin de pouvoir commencer à accueillir le sens naissant au coeur de ce vide, qui permettra à son tour la vie (un utérus est toujours vide afin d’accueillir la graine et le développement de la vie).

Il nous faut aimer, aimer toutes choses, aimer ce qui est, aimer cet arrachement, cette fin, cet accouchement douloureux, cette perte. Il nous faut aimer le chemin qui devient un sentier aride et sec, jonché de buissons ardents et de cailloux piquants, où toute une meute de chiens errants et agressifs sont prêts à nous attaquer d’une seconde à l’autre, à nous pousser dans le ravin de l’oubli et de la tourmente.

Il nous faut aimer sans attachement, car l’attachement enlève l’amour, il nous faut aimer sans possession, car la possessivité détruit l’amour. Mais comment aimer, comment aimer toute chose ? sans aucun attachement, sans aucune projection, sans aucune interprétation du bon et du mauvais ?

En accueillant le vide, le rien, le néant, la vacuité, la neutralité. Le fait d’accueillir la vacuité, nous permet alors de l’aimer, le fait d’aimer la vacuité nous permet d’accueillir une nouvelle forme conscience, puis une nouvelle forme d’existence où la renaissance peut se placer.

En premier lieu, nous constatons, avec nos yeux, nous constatons la réalité et la vérité qui nous est donné. Nous nous sommes faits volés, arrachés, pillés et violés de tout notre être, de tout notre corps. Il ne nous restent que nos yeux pour pleurer ?

Il nous reste notre coeur pour aimer, il nous reste notre âme pour nous murmurer la voie de lumière, il nous reste notre esprit pour accueillir la colombe de paix, il nous reste notre corps à chérir et honorer pour tout ce qu’il a enduré et traversé, il nous reste nos mains pour donner et recevoir, même le vide du début et le néant du milieu.

Ce néant, ce vide s’échange, se donne et se reçoit. Il est un cadeau pour certains sages et érudits, il est un sacrifice pour les plus passionnés d’entre nous. La vacuité n’est pas forcément l’immobilisme, la vacuité est une mouvance éternelle, un espace de création par le vide, où cette création est le reflet de l’être, être sans être, être sans exister, sans aucun personnage, aucun passé, aucun futur, aucune appartenance, aucun attachement, même le présent ne s’y trouve pas.

C’est un espace où il n’y a rien, rien du tout… C’est un flux ordonné où le désordonné y trouve son bonheur d’enfin se retrouver, au coeur de l’ordre du silence. La peur de mourir alors arrive, la peur de ne plus exister, pour rien ni pour personne, le sentiment de ne servir à rien.

Mais le sage dit que c’est ici que nous servons le plus en vérité le monde et l’humanité. Le sage dit que c’est l’état de vacuité qui permet à l’âme et à la conscience de mieux évoluer. Le sage dit que l’état de vacuité est l’espace où le coeur et le corps peuvent le mieux se régénérer et se ressourcer. Le sage dit que l’état de vacuité est le plus rude travail qu’un être humain puisse faire et incarner.

Le sage dit que l’état de vacuité est une porte vers l’Univers, vers le sentiment universel et l’incarnation de l’amour pur. Le sage dit que l’état de vacuité est la vibration de paix emmenant l’être qui l’expérimente à incarner l’état de paix sur Terre.

Dès qu’un initié ou un savant apprenti expérimente l’état de vacuité, il emmène une vague de paix, d’amour et de lumière sur Terre, que tous les humains et le vivant reçoivent, même les étoiles et le cosmos… Alors que l’initié ou l’apprenti ressent le vide, le rien, le néant, la mort, l’inexistence et le non sens ; l’humanité et la route éternelle se renouvellent dans une nouvelle forme conscience où le sens prend tout sons sens, où le sens offre et donne tout son sens.

Un jour cette phrase a été lu, je ne sais de quel auteur : « Un enfant voyant son grand père afféré dans son jardin lui demanda « papi tu travailles ? » et le vieil homme lui répondit « non mon enfant je me reposes » ; un autre jour le jeune homme alla voir de nouveau son grand père qui se reposait et faisait la sieste apparemment… et il lui demanda « papi tu te reposes ? » et le grand père lui répondit « non mon enfant, je travailles. » …

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s